share on:

Rémi apprend cette semaine que la sécurité n’est pas une notion une et entière.

Semaine du 22 au 26 septembre

Lundi

Rien à signaler.

Mardi

Comme chaque matin, au bureau, avant de commencer le boulot, une petite séance de lecture du journal accompagne mon café : rubrique faits divers dans le Daily Nation. J’avoue que je lis de plus en plus le journal. Alors que d’autres Français vivant au Kenya se font livrer par la poste des revues de qualité : l’Express, le Point et autre Nouvel Obs. Si c’est pour charrier le « meilleur » du  journalisme français jusqu’en Afrique, autant rester en France.

Aujourd’hui, c’est journée Panga. Non ce n’est pas une danse, mais le nom africain donné à la fameuse machette, bien connue des Français depuis 1994.

Un mari infidèle se fait trancher la gorge dans son sommeil par sa femme qui a utilisé une Panga.

Je referme le journal, en me disant que la fidélité est importante pour les Kényans.

Mercredi

Je sors de chez moi, dans ma rue, une voiture est dans un fossé. Le passager, apparemment poursuivi par la police, s’est enfui. Il est recherché pour le braquage d’un petit commerce. Un attroupement discute joyeusement du destin du jeune homme, tandis qu’un policier, bottes cirées et casque de moto vissé sur la tête, commande le camion chargé de faire sortir la carcasse du bas-côté.

Je reçois un mail de l’Ambassadeur adressé aux Français, car entre Gourdel et l’appel de l’État Islamique – qui s’est spécialisé dans la vente à la découpe – à tuer les Français par tous les moyens, on est quand même prévenu.

Jeudi

L’après-midi, je décide de m’inscrire au permis de conduire. Cela peut paraître drôle, et je ne vous en voudrais pas si vous ne me prenez pas au sérieux, mais le permis est transférable sans difficulté en France.

Je paie mon dû sous forme d’acompte. Un peu moins de 130 euros, pour 30 leçons de conduite, de la théorie, et le passage de l’examen. La mafia française des examinateurs bedonnants ne m’aura pas.

La jeune femme qui s’occupe de mon dossier doit garder mon passeport pour le transmettre aux autorité et s’assurer que je n’ai commis aucun acte répréhensible. Je le récupérerai demain.

J’ai pris rendez-vous à 8h pour une heure de théorie.

Vendredi

Première leçon de conduite, focalisée sur la pratique. L’examinateur se présente devant moi, un grand homme massif, appelé Wahomé. La poignée de main est franche et s’accompagne d’un « Jambo » (Bonjour en Swahili) guttural.

Une maquette de la ville, un rond point, des routes, et des majorettes, la leçon peut commencer. J’apprends la notion de « priorité », comment se comporter dans les rond-point, en faisant rouler des petites voitures sur un plateau de bois peint.

On se prend au jeu, on retombe en enfance. Lundi, c’est la conduite, le jouet sera plus grand.

Rémi Loriov

mm

Rémi Loriov

Rémi Loriov est un homme libre qui s'intéresse à tout. On dit souvent à son propos : "personne ne sait ce qu'il fait, mais il le fait très bien." Il aime les histoires.