share on:

Cette semaine, ce n’est pas au vieux Rémi qu’on apprend à faire la grimace.

Semaine du 27 au 31 octobre

Lundi

Très tôt, je sors de chez moi pour aller à ma leçon de conduite.

Dans ma rue, contre toute attente, des Témoins de Jéhovah se tiennent debout, le sourire jusqu’aux oreilles. Ils étaient là, avec leur livret « Tour de garde » ou « Watchtower » sur des petits promontoires métalliques noirs.

Je me revoie à ma station de RER, prenant joyeusement l’un d’eux pour le lire dans le wagon.

Ici, je préfère ne pas tenter le diable, le Kényan pouvant être parfois très insistant.

Mardi

Dans un fast-food, un Kényan se plaint bruyamment d’une pizza qu’il n’aurait pas choisie. La femme qui a pris sa commande est d’une gentillesse sans limite malgré les coups de butoir de l’indigent. Il finit néanmoins par accepter l’inéluctable. Il devra rentrer avec sa pizza.

Me trouvant derrière lui, je tente de réconforter la caissière, par des sourires et autres commentaires humoristiques sur l’embonpoint du bonhomme. Elle m’offre un coca.

Mercredi

Rien signaler.

Jeudi

Nouveau club a ciel ouvert. Après quelques parties de billard, je rentre chez moi. Je reste un peu dehors pour regarder le ciel, parsemé de centaines d’étoile.

L’absence de lampadaires et autres lumières urbaines, ou « pollution lumineuse » fait que, à Nairobi, les étoiles sont visibles. Je reste là, tête en l’air et observe une nature qui nous dépasse.

Vendredi

Nous nous rendons au parc de Nairobi, une nouvelle fois, en raison de l’arrivée de nouveaux collègues.

Je dois dire que je commence un peu à me lasser. Les gens pourquoi pas, mais la flore, lorsqu’on a vu un zèbre ou une girafe, il n’y pas vraiment de surprise après le énième exemplaire de l’animal en question.

Mais je les accompagne. Nous finissons par rejoindre un endroit un peu reculé, et sortons de la voiture pour nous dégourdir les jambes. Nous profitons tranquillement du panorama lorsqu’un guide accompagnant un couple nous fait remarquer que nous n’avons pas fermé la vitre d’une des portières de la voiture… et qu’un babouin en a profité pour s’introduire dans le véhicule.

Un petit moment panique survient au sein de la joyeuse troupe. Nous accourons pour voir en effet le grand singe explorer la banquette arrière.

Nous voyant arriver, accoudé à la fenêtre, il prend la fuite, et il a bien raison.

Quelques minutes plus tard en effet, alors qu’il se repose dans un arbre, des touristes indiens lui lancent des pierres pour le réveiller.

Si l’erreur est humaine, la bêtise l’est aussi.

Rémi Loriov

mm

Rémi Loriov

Rémi Loriov est un homme libre qui s'intéresse à tout. On dit souvent à son propos : "personne ne sait ce qu'il fait, mais il le fait très bien." Il aime les histoires.