share on:

A l’aube de sa rentrée en Ligue des champions mercredi prochain face à l’Ajax, le PSG se déplaçait à Rennes ce samedi. A l’arrivée, un nul et un match assez terne, dans lequel les hommes de Laurent Blanc n’ont pas su doubler la mise.

Sirigu (7) : Et dire que des rumeurs estivales le voyaient transféré ! Après son mondial où il a su tenir la dragée haute à Buffon, le gardien parisien a livré une solide prestation, en témoigne son magnifique arrêt en deuxième période suite à un face-à-face. Son coup de gueule d’après-match montre qu’il a pris une nouvelle dimension et qu’il est désormais un cadre à part entière du vestiaire.

Maxwell (4,5) : Match très décevant de la part du brésilien. Il a été brillant face à Saint-Etienne, mais il a été lent et peu solide défensivement (en témoigne son hésitation face à Ntep qui amène le but rennais). Peu de centres, peu de débordements : le gaucher devait certainement se préserver pour la Ligue des champions.

Camara (5,5) : Quelques coups de boule rageurs en défense, de bonnes interventions et surtout l’auteur du seul but parisien de la rencontre. Mais sur le but rennais, il est lui aussi fautif et ses relances n’ont pas été assez précises.

Marquinhos (6) : Il progresse, le jeune brésilien. Solide, vif, bon dans l’anticipation : son début de saison est plus que prometteur. De quoi inquiéter David Luiz pour la suite ?

Van der Wiel (4) : Très discret, trop discret. Beaucoup de lenteur, et des centres imprécis. Plus inquiétant : son entente avec Lucas est pour le moment plus que préoccupante car nous ne les avons pas beaucoup vus dédoubler. 

Motta (5) : Un jeu au petit trot, contrôle, passe (mais trop souvent en retrait). De l’activité et des montées intéressantes, mais l’italo-brésilien n’a pas assez percuté balle au pied et n’a pas assez usé du jeu long surtout en première mi-temps.

Veratti (5,5) : Toujours cette hargne (qui lui a valu un nouveau carton jaune synonyme de suspension) et cette vision du jeu. Son ouverture lumineuse pour Zlatan est un modèle du genre. Cette année, pour grandir, Marco doit oser frapper.

Pastore (6) : Une des rares satisfactions du match. Volontaire à la récupération, il a tenté de distiller ses passes malgré le peu de mouvement autour de lui. Sa technique lui a permis des montées de balle intéressantes. El Flaco devient un titulaire indiscutable.

Lucas (4) : Il joue collé à la ligne de touche, ne repique plus dans l’axe, et part dans ses dribbles stéréotypées. Il ne fait toujours pas assez de passes ni de centres, et son entente avec Van der Wiel est préoccupante.

Cavani (3) : Hormis une bonne frappe dans les gants de Costil, il a été ectoplasmique. Contrôles manqués, passes ratées, il joue à l’envers et n’est jamais dans le sens du jeu. A sa décharge, il ne joue pas à son poste, et cela devient vraiment pénible de voir un avant-centre de son calibre errer sur son côté gauche.

Ibrahimovic (5) : Il a failli marquer un nouveau but d’anthologie avec un ciseau, et en marquer un autre fabuleux de volée suite à l’ouverture de Verratti. Mais à part ça, le suédois n’était pas dans un grand soir. Il a beaucoup décroché pour aider ses partenaires.

Julien de Rubempré

mm

Julien Leclercq

Fondateur du Nouveau Cénacle et auteur de "Catholique débutant" paru aux éditions Tallandier.