share on:

Suite de notre tour de table à propos de l’année 2017 avec les réponses de Christophe Dickès, auteur de L’Héritage de Benoît XVI (Tallandier) et fondateur de la web radio entièrement dédiée à l’Histoire, StoriaVoce.

Le mot qui selon toi résume l’année 2017 ?

Médias : ils ont littéralement fait l’élection présidentielle. Depuis, on ne cesse d’entendre que l’élection d’un candidat de droite était imperdable. Elle a été perdue et le monde médiatique en porte l’unique responsabilité il me semble.

L’évènement de 2017 ?

La fin de la guerre civile en Syrie.

Ton meilleur livre lu cette année ?

Le mien évidemment ! Plus sérieusement, le livre de Jean-Marie Salamito sur le mensonge d’Onfray à propos de l’inexistence de Jésus (Editions Salvator). C’est la première fois qu’un historien monte au créneau pour dénoncer cet imposteur et je m’en suis réjoui. J’ai beaucoup aimé aussi La Gloire des Grecs de Sylvain Gouguenheim (Editions du Cerf). Un livre sur la transmission. A l’heure où l’on ne cesse d’enterrer le christianisme européen, il prouve qu’une civilisation sait traverser les âges en dépit des éclipses. C’est aussi un livre qui révèle ce qu’est l’histoire : une maîtresse de vie et de vérité. Beaucoup de commentateurs de l’actualité ne connaissent pas leur histoire. C’est très dommage. Cela leur enlèverait quelques certitudes.

Le meilleur film de l’année ?

Aucun. Voir Luke Skywalker balancer son sabre laser comme il le fait dans le dernier Star Wars est un crime de lèse-Lucas. Disney, qui a racheté la franchise, fait n’importe quoi.

 L’émission radiophonique de l’année ?

Vous voulez vraiment que je vous le dise ? Rendez-vous sur www.Storiavoce.com évidemment !

 L’album le plus écouté cette année ?

La bande originale du film Arrival (qui était mon film de l’année 2016) par le compositeur islandais Johann Johannsson. Je l’ai découverte sur un vol long-courrier. Je l’ai écouté en boucle tout en corrigeant les épreuves de mon livre. Mais une mention spéciale aussi pour le concert à Pompéi de David Gilmour, l’ex des Pink Floyd. Quel son !

 La personnalité de l’année ?

Bachar. Résister à une guerre n’est pas donné à tout le monde quoi qu’on pense de lui et des événements. Un adage allemand du XXe siècle dit : « Krieg ist revolution » c’est-à-dire : « La Guerre est une révolution ». La guerre a eu lieu mais sans la révolution.

Le mensonge de l’année ?

La déclaration de patrimoine d’Emmanuel Macron.

 L’article que tu as préféré écrire pour le Nouveau Cénacle ?

La chronique radio avec Julien Leclercq sur les trois façons de faire l’Histoire. Une très belle intuition. Il est bon ce Julien. Vous le connaissez ?

L’article que tu as préféré lire sur le Nouveau Cénacle ?

« Variations sur la fragilité », sans aucune hésitation.

L’article que tu aurais aimé écrire sur le Nouveau Cénacle ?

Organiser une table ronde avec l’américain Rob Dreher, auteur de Comment être chrétien dans un monde qui ne l’est plus – Le pari bénédictin (Artège), François Huguenin, auteur du Pari chrétien (Tallandier) à lire ces jours-ci et Jean-Luc Marion, auteur de Brève apologie pour un moment catholique (Grasset).  Analyser la place du catholicisme français n’est pas à la portée du premier venu. Il faut avoir des connaissances historiques, sociologiques, politiques mais aussi philosophiques et même théologiques. Ces trois auteurs les ont. Il y a bien des pistes dans ces ouvrages qui ont chacun leurs qualités et leurs défauts. Mais leurs problématiques nous poussent à réfléchir, à penser. Nous vivons une époque de transition et par certains aspects, ils nous aident à voir le Nord. Ou plutôt l’Est, puisque les églises sont tournés vers l’est.

Christophe Dickès

Christophe Dickès

Docteur en histoire contemporaine des relations internationales, Christophe Dickès est spécialiste de l’œuvre de Jacques Bainville, auteur de Jacques Bainville, les lois de la politique étrangère (Bernard Giovanangeli Editeur) et Bainville, la Monarchie des Lettres (Robert-Laffont, coll Bouquins). Spécialisé aussi dans l’étude du catholicisme contemporain, il a dirigé chez Robert-­Laffont un Dictionnaire du Vatican et du Saint­-Siège (coll. Bouquins). Son dernier livre, Ces 12 papes qui ont bouleversé le monde (Tallandier), est une réflexion sur le pouvoir et la grandeur pontificales des origines à nos jours.