share on:

Hélène Waysbord publie La Chambre de Léonie aux éditions Le Vistemboir (avec une préface de Jean-Yves Tadié). Un récit touchant en même temps qu’une analyse très fine de l’oeuvre de Marcel Proust.

Et si la littérature était une affaire de compagnonnage, voire d’amitié ? Et si la lecture était une histoire d’amour, exclusive et particulière, avec un auteur élu parmi tous ? Et si lire était l’affaire d’une vie ? C’est en tout cas ce que suggère Hélène Waysbord dans ce récit particulièrement sensible et intelligent, à travers lequel elle revient sur La Recherche du temps perdu qui a traversé son existence.

Proust apprend à lire comme à se lire, c’est tout l’enseignement du Temps retrouvé. Hélène Waysbord comprend tout de l’oeuvre, y compris la volonté proustienne d’édifier une cathédrale intérieure : « Je n’avais pas pensé jusqu’ici que mon identité juive brouillée, une éducation catholique, un élan vers la beauté qui m’était révélée par cette église, le goût du rituel, était une parenté avec l’auteur, élevé dans la tradition catholique paternelle et si fort amoureux d’une mère juive ». La religion catholique imprègne effectivement La Recherche, non pas comme un objet de foi, mais comme un symbole visible de notre architecture intérieure.

Le judaïsme traverse le récit de Hélène Waysbord, pupille de la nation et fille de déportés à Auschwitz, tout comme le « petit monde » de la Recherche apparaît au fil des pages : Bergotte, Swann, Charlus … Ancienne conseillère de François Mitterrand, la figure de l’ancien Président surgit parfois, tantôt pour restituer une conversation, tantôt pour évoquer une visite chez un libraire qu’il affectionnait.

Léonie et Céleste

L’oeuvre de Proust n’aurait pas été celle qu’elle est sans les femmes. Elles sont présentes dans toute son oeuvre : la mère, bien sûr, mais aussi la grand-mère, Françoise, Albertine et la tante Léonie. Dans sa vie, nous pensons bien sûr à Céleste, que Hélène Waysbord entend à la radio lors du premier confinement, et qui fait ressurgir en elle mille et une impressions.

Céleste, la précieuse Céleste, qui a veillé Marcel jusqu’à son dernier souffle, qui arrangeait ses brouillons, corrigeait ses textes, recueillait ses confidences lorsqu’il rentrait tardivement. Son ange gardien, qui confiait : « L’une de mes fiertés, dans l’aide modeste que j’ai pu lui apporter, est de l’avoir tiré d’affaire dans le problème de ses ajouts. Car le gros de son travail était qu’il ajoutait, ajoutait sans cesse, en corrigeant ».

Le lecteur ressent d’ailleurs au fil des pages une tendresse toute féminine à l’égard de Proust, qu’il inspirait très certainement de son vivant à cause de sa fragilité. La Chambre de Léonie est un texte raffiné, sensible et subtil qui est, en somme, à l’image de Marcel Proust.

mm

Julien Leclercq

Fondateur du Nouveau Cénacle et auteur de "Catholique débutant" paru aux éditions Tallandier.