Rebâtir l’école est un essai vivifiant et constructif signé par l’historien Jean-Baptiste Noé, qui va bien au-delà de son sous-titre, d’un plaidoyer pour la liberté scolaire.

Pour le moins iconoclaste, Noé remet Jules Ferry à sa (juste) place et vante pour l’école une liberté synonyme d’inégalité pour la gauche. On entend déjà les cris d’orfraie de la gôche… Plus intéressantes seront les réactions attendues (advenues ?) de Jean-Paul Brighelli ou Dimitri Casali. Avis à Alain Finkelkraut, s’il cherche un thème pour la rentrée de son émission Répliques sur France Culture.

La liberté scolaire ne signifie pas la fin d’une éducation « nationale ».

L’auteur, professeur de lycée depuis une dizaine d’années, décline son propos en trois points : une remise en perspective de l’histoire scolaire en France ; la question fallacieuse du numérique à l’école (à laquelle il apporte une réponse de bon sens à laquelle je souscris sans réserve) ; et in fine, son plaidoyer pour la liberté scolaire, dans lequel il rejoint en partie les travaux de Philippe Nemo. La liberté scolaire ne signifie pas la fin d’une éducation « nationale », mais la liberté pour les parents de choisir l’école, le lieu, la pédagogie dans lesquels ils souhaitent instruire leurs enfants.

Un plaidoyer pour l’école

La question de l’égalité devant la loi est réglée par le dispositif du chèque-éducation (dont le nom rappelle que l’école n’est pas – et n’a jamais été – gratuite, mais payée par vos impôts, introduisant partant une inégalité dont sont victimes les familles faisant le choix légal et respectable de l’école privée).

Noé produit un travail essentiel, constructif, innovant, proposant, sans invectives ou polémiques inutiles et lassantes.

Ensuite, l’émulation entre les écoles, leur liberté pédagogique, renforceront à la fois les performances intellectuelles et économiques de notre école, à bout de souffle, il faut bien le reconnaître. Je viens ici de résumer, avec grand renfort de raccourcis, ce qui me paraît essentiel dans le propos de Jean-Baptiste Noé quant à la liberté scolaire.

Noé produit un travail essentiel, constructif, innovant, proposant, sans invectives ou polémiques inutiles et lassantes. Son essai mérite d’être porté sur l’agora et débattu vivement, passionnément. Avis aux défenseurs d’une certaine idée de l’école…

*

Jean-Baptiste Noé, Rebâtir l’école. Plaidoyer pour la liberté scolaire, préface de Chantal Delsol, de l’Institut,  Éditions du Grenadier, 2016, 191 pages.

Le Librairtaire

Le Librairtaire

Historien de formation, Le Librairtaire vit à Cordicopolis. Bibliophage bibliophile, amateur de caves à cigares et à vins. http://librairtaire.fr/wordpress/