share on:

Cette semaine, Rémi part en voyage, en Chine.

Semaine du 27 juillet au 1er août

Dimanche

Journée dans la peau d’un touriste, après un peu plus d’un mois de présence sur le territoire, je me décide enfin à me comporter comme tel. Ainsi, avec quelques amis, nous nous rendons au parc national de Nairobi dans l’espoir de nous encanailler avec quelques sauvageries AOC.

Après avoir dit bonjour une demi douzaine de fois à chaque garde, nous entrons enfin dans cette nature. Ces derniers nous préviennent d’ailleurs qu’il ne faut surtout pas sortir de la voiture. Nous n’écoutons qu’à moitié.

Quelques kilomètres dans le parc, nous tombons sur une girafe, qui ne semble pas plus dérangée que cela par notre présence. Le jeune collègue qui m’accompagne, en bon Français plein de panache, sort du véhicule, pour finalement voir l’animal déguerpir sur ses longues jambes, dans un mouvement assez lent.

Durant notre périple, nous croisons des bus de Chinois braillards mais sympathiques, les signes de main s’éternisent, les échanges de photos aussi. Arrivés à une aire de repos, deux Indiens branchés nous précisent que si nous continuons un peu plus loin, nous verrions des lions se délectant d’un zèbre.

Après deux kilomètres, un troupeaux de 4×4 nous informe qu’effectivement, il se passe quelque chose. En contrebas, un lion est couché sur ce qu’il reste d’un zèbre. La lionne fini de nettoyer les membres inférieurs de la carcasse. Je sors de la voiture pour observer ce manège fascinant.

Nous pouvons rentrer, repus que nous sommes d’images de nature sauvage calibrées. Nos amis bridées aussi.

Lundi

Nakumatt Prestige : c’est le doux nom du supermarché où je fais mes courses. Sur le chemin, je passe devant une forteresse, un blockhaus grisonnant, uniquement peuplé de chinois : le EastLand Hotel. Austère mais efficace, le bâtiment ressemble un peu à une base militaire, avec des gardes armés de Kalachnikov à l’entrée. On se mélange pas. Le fameux adage du Sire Coluche n’a pas cours ici : en Afrique, le Noir ne part pas, mais le Jaune domine.

Là encore, les murets et autres barbelés électrifiés tranchent avec le quartier : un supermarché, de multiples stations de bus où les cris des chauffeurs de Bus s’entrechoquent contre ceux des rabatteurs de Matatus. La concurrence est rude, même si j’ai choisi pour ma part les bus, plus confortables.

Le soir venu, j’entends des éclats de voix et de la musique orientale. C’est la fin du Ramadan, un jour férié au Kenya.

Mardi

Autour de 6:00 du matin, je suis réveillé par des chants arabisants, le minaret que j’ai vu hier au loin n’est pas qu’un objet de folklore. Je me rendors cependant assez vite.

Mercredi

Nous avions rendez-vous dans le cadre de mon travail. Mais l’homme, musulman, est bien trop barbouillé pour nous rencontrer. Un sms pudique nous le fait comprendre.

Vers 11:00, je décide d’aller « bruncher », seul, au Java House. Sur la route, je passe devant un chantier, encore surveillé par un homme, sans doute pas plus vieux que moi, au teint cuivré. La tête levée vers le sommet de la construction – un futur complexe de bureaux – je lève la tête à mon tour, pour observer un Kényan, muni d’un marteau, frapper avec force un objet métallique. Il existerait un Thor Africain ? Mais son Mjölnir paraît dérisoire devant la puissance du nombre. Lorsque le jeune homme de l’Empire du Milieu voit que je l’imite, il me fait un signe de tête, l’acquiescement suivi d’un sourire complice, comme pour entériner le fait que nous, étrangers, sommes bien sûr au dessus de l’Africain moyen, le dominant, et il en redemande.

Comme si lui même n’était pas capable de prendre son destin en main. Je repense cependant à un article que j’ai pu lire dans le Daily Nation, à propos d’un certain Bitange Ndemo, l’homme qui, après des études aux États-Unis et en Angleterre, a permis le développement de l’Internet pour tous au Kenya.

Il est aujourd’hui ministre de l’Information et de la Communication. Si je peux vous écrire cette chronique avec tant de constance et de détail, c’est aussi grâce à lui. A l’heure où l’accès au Web constitue pour certains un droit de l’Homme, ce dernier n’a attendu personne pour permettre au pays de rattraper son retard.

Jeudi

Journée de travail. Rien de spécial, ou presque.

A midi, et c’est une première depuis que je suis ici, en rentrant manger, je me fait alpaguer par un homme me demandant de l’argent. Je reste ferme, et maintient mon refus. Contrairement à la France, je ne payerai pas de rançon pour me libérer de l’importun. Celui-ci n’en démord pas et se met en tête de me suivre jusqu’à ce que j’accède à ses demandes.

Poliment, je lui dis de déguerpir, et que ce n’est pas parce que je suis « blanc » que mon porte monnaie l’est aussi. Il a compris.

Vendredi

Nous emménageons dans nos nouveaux bureaux, à l’intérieur d’un grand immeuble, avec le nom des entreprises inscrits sur une grande plaque en verre à la réception.

A la pause déjeuner, je croise des Français, vus lors du 14 juillet et du dîner que j’avais organisé. L’accueil est cordial, sans être chaleureux, car nous sommes au travail pardi ! Je sers la main à l’homme, à la jeune collègue qui l’accompagne, ainsi qu’à son chef, un homme à lunettes, l’air sévère.

Je dois avouer que j’aime assez ces mises en scène désuètes, où l’on fait mine d’être cérémonieux, pour le principe, par précaution. Un petit bout de France au milieu de cet océan d’accolades toniques et de serrages de main chaleureux.

Rémi Loriov

mm

Rémi Loriov

Rémi Loriov est un homme libre qui s'intéresse à tout. On dit souvent à son propos : "personne ne sait ce qu'il fait, mais il le fait très bien." Il aime les histoires.