share on:

La chronique hebdomadaire de Christophe Bérurier, professeur de français en ZEP. 

Lundi

Après les stages des troisièmes, c’est au tour des voyages scolaires de réduire les effectifs. Dans ce collège les projets sont nombreux. Conséquence : sur quatre classes, seules deux sont à effectif total. Pour les présents c’est révisions et discussions.

Cet après midi : trois heures d’attente gratuites pour donner un bulletin aux parents d’un élève qui ne sont pas venus durant la réunion dédiée.

Le rendez-vous a lieu à l’heure et dure sept minutes.

Mardi

La journée se déroule sans problème. Ce soir, des rendez-vous sont prévus pour rendre deux bulletins. Sur deux mères d’élèves, l’une est seule, ne parle pas le français mais semble le comprendre, l’autre le parle mais elle est accompagnée de ses quatre autres enfants, tous âgés de moins de dix ans.

Le téléphone de cette dernière a sonné. Sa conversation a duré près de dix minutes.

Jeudi

 La semaine est toujours très calme. Les effectifs sont réduits et les élèves se rendent compte eux-mêmes que cela serait plus simple pour progresser.

« Monsieur, me lance une élève parmi les douze présents de ma cinquième, quand les autres sont pas là, on arrive mieux à participer.

– Eh oui, vous seriez tous meilleurs si nous n’étions qu’une quinzaine par classe. 

– Oui mais ça, il faudrait encore plus de profs, a-t-elle lancé.»

 Une alarme incendie a lieu dans la matinée. Les élèves semblent très inquiets que cela arrive pendant une récréation.

 Discussion sur les réseaux sociaux avec les neufs élèves présents en quatrième. Trois ou quatre élèves expliquent avoir un compte sur les réseaux sociaux suivants : Facebook, Twitter, Ask, Snapchat, Instagram, Skype et Skyblog. Ils n’utilisent pas leur adresse électronique.

 Vendredi

 Retour de l’un des deux voyages de la semaine, les classes se repeuplent quelque peu.
Dernier cours de troisième de la journée. Cours sur l’engagement et le Street-art. J’aborde, à la fin de la séance le cas du jeune artiste surnommé « Zoo Project ». Après avoir retracé son parcours, étudié quelques unes de ses fresques, et avoir vu quelques petites vidéos sur son travail, j’annonce aux élèves la fin tragique du jeune homme, retrouvé mort il y a quelques semaines. Une élève en a les larmes aux yeux.

Exercices sur les périphrases avec des quatrièmes. Il s’agit de retrouver le nom que remplacent les périphrases présentes dans l’exercice. Avignon pour la cité des papes, la Provence pour le pays des cigales, Mars pour la planète rouge.

« Alors, la prochaine, de quel animal dit-on qu’il est le meilleur ami de l’homme ? je demande.

— Le zguègue ! Répond un jeune garçon hilare. »

 Christophe Bérurier

mm

Christophe Berurier

Christophe Berurier est professeur. Il aime les mots et le vélo.