share on:

Anis, ce jeune peintre du street-art cultive avec passion  son art au coeur de grands terrains vagues.

« Dans ces espaces, on est apaisé intérieurement, on se sent hors du temps ! » dit-il à qui veut l’entendre.

Tout cela participe, en fait,  à   son attrait quasi frénétique,  pour le monde végétal.

C’est pourquoi dans son univers,  rien d’étonnant d’y  découvrir énormément d’arbres et de fleurs. Mais l’artiste n’oublie pas de signifier également  le vivant par la présence  d’animaux ou d’enfants.

L’attrait du monde végétal

La peinture du paysage semble un genre un peu désuet pour un esprit du XXIe siècle, et pourtant ce street-artiste n’hésite pas d’utiliser abondamment le thème pastoral par l’omniprésence du végétal  dans ses créations.

Comme une pastorale thérapeutique pour des citadins en quête d’évasion,  dans un endroit que l’on considère avec nostalgie et où l’on suppose qu’on y vit mieux qu’en ville ? En réalité l’artiste transforme sciemment tous ces éléments naturels en paysage poétique, modifiant le spectacle réel, en attribuant à la nature ses propres sentiments.

« Essayez de penser à l’espace comme à quelque chose de réel. Comme à un ami (…), comme à un son en quête d’une voix. L’espace est ce qui fait vivre le matériau (…) La façon dont on manipule dit « tout. »  écrivait déjà Vija Celmins, un autre artiste adepte du retour au paysage.

 

Effectivement Anis possède  lui aussi une technique  très élaborée  lui permettant de   traduire poétiquement tout ce monde végétal.

Chargé de beauté et de nostalgie, il devient sous son pinceau et par la bombe  l’endroit privilégié  où se manifeste un désir puissant le poussant à un certain  lyrisme : celui de retrouver l’innocence perdue, celui de l’enfance en particulier. 

Ainsi, dans cette œuvre, la balançoire, va lui  permettre notamment  de concrétiser  avec beaucoup de justesse  ce désir en   reliant l’enfant  à une branche d’un arbre. De la même façon, l’artiste essayera toujours  de renouer quelque chose avec le monde naturel pour combler un sentiment de manque ou d’inachèvement.

Cela participe  bien évidemment à son  besoin d’inventer un monde.

Inventer un monde

 

Anis fait partie de ces artistes qui participent à cette fronde contre le platonisme en peinture. Il fuit l’abstraction et les modèles de la raison  pour suivre uniquement son inspiration.

Il part pour cela toujours de la couleur, qui possède des valeurs créatrices. Ainsi l’on comprend mieux dès lors que l’ambiance générale de ses créations soit  souvent d’origine impressionniste.

A ce titre, sa technique de l’aquarelle l’aide beaucoup à inaugurer son monde. En pigmentant très fortement l’acrylique avec de l’eau pour la diluer au maximum, cela va lui permettre de créer des compositions exceptionnellement riches. 

Le résultat est souvent bluffant: les taches de couleur vont danser librement dans chacune de ses compositions et créer presque  des accords musicaux.

On y découvre un côté enchanteur  avec toutes ces couleurs et tous  ces tons qui semblent se répondre mutuellement : les turquoises, les roses, les jaunes , les rouges..

L’artiste est en quête d’accord. A la recherche, comme un certain W. Amadeus Mozart qui recherchait deux notes qui s’aiment !

Pour Anis, chaque chose se parle: le végétal et le vivant, l’animal et l’humain, on peut y voir comme un chemin de vie.

La musique et la danse

Indéniablement, l’élément musical et la danse y jouent un rôle prépondérant.

 

La couleur n’est pas seulement utilisée comme un nuage expressif mais aussi comme une forme picturale autonome.

On a l’impression parfois que les formes chromatiques, jouent entre elles, un véritable jeu de cache cache,  apparaissant  et disparaissant successivement avec des figures très diverses.

Alternant  ainsi des accords chauds et froids avec des formes légères ou lourdes comme le résultat d’une symphonie composant les contrepoints d’un  grand raffinement!

Assurément Anis est un grand rêveur, un vrai contemplatif, car les choses qu’il crée illustrent parfaitement les harmonies qu’il décèle en toute chose.

 

Christian Schmitt

www.espacetrevisse.com

 

 
mm

Christian Schmitt

Critique d'art. Auteur de "l'univers de J.L. Trévisse, artiste peintre" (ed. Lelivredart 2008) et de trois autres ouvrages sur les vitraux réalisés par des artistes contemporains aux ed. des Paraiges: Jean Cocteau (2012), Jacques Villon (2014) et Roger Bissière (2016). A retrouver sur : http://www.espacetrevisse.com