share on:

Même si le PSG était qualifié et déjà premier de sa poule, certains joueurs avaient un joli défi à relever pour accentuer la concurrence au sein de l’effectif. Hélas, il n’en a rien été. Les notes du match par Julien de Rubempré.

Sirigu (6) : Le portier italien a fait ce qu’il a pu en claquant de jolies parades. Part du bon côté sur le penalty portugais. N’est pas aidé par sa défense sur le second but. Peut toujours faire mieux dans ses relances.

Digne (5) : Des montées rageuses mais pas assez de centres pour la tête de Cavani. A passer une bonne partie du match à compenser les errements défensifs du couloir gauche parisien. N’avait pas fait sa crête habituelle pour jouer au Portugal. Un comble.

Marquinhos (5) : De bonnes interventions mais n’a pas pu faire tout seul compte tenu du manque d’impact et de replacement de ses partenaires. Semble orphelin de Thiago Silva. 

Camara (2,5) : Toujours sympa de le faire rentrer en Coupe de France mais assez triste de le voir évoluer en Ligue des Champions. A cause de sa caravane, il n’a jamais été en mesure de contenir les attaques portugaises. 

Traoré (2,5) : Sa défense statique et son coup de boule plein de sang-froid dans le visage de son adversaire a rappelé un certain Sammy aux fidèles du PSG. Semble être doté du même bagage technique. 

Rabiot (3) : Le Bee Gees souffre de la comparaison avec Marco Verratti. Trop juste techniquement, il a perdu beaucoup trop de ballons sans avoir fait un pressing constant au fil du match. Décevant.

Motta (5) : A tenté comme il a pu de colmater les brèches mais a été contraint de jouer trop bas pour relancer le cuir proprement. Averti pour une belle semelle.

Pastore (5) : A l’origine du premier but après un joli mouvement dans la surface, l’argentin a été décisif comme d’habitude lorsqu’il joue haut. Mais a une nouvelle fois évolué à un poste de récupérateur qui n’est pas le sien. Frustrant.

Ménez (1,5) : Aurait mieux fait de visiter le Salon du tuning qui se tenait 200 mètres à côté. Nonchalant, peu concerné, il a erré sur la pelouse et n’a même pas été capable de mettre un grand pont à Luisao. Devrait retourner au FC Sochaux plus vite que prévu.

Lucas (4) : De l’envie, de la vitesse, mais toujours aussi peu de précision. « Champion mon frère » n’a pas assez écarté le jeu ni suffisamment percuté sur son aile droite.

Cavani (6) : De la rage, du talent, du réalisme. L’uruguayen n’a rien lâché et a inscrit un but de « renard » devant le but. S’est démené en vain à cause du manque de ballons à sa destination. Une classe incomparable, même avec un poulpe sur la tête.

Julien de Rubempré

La Rédaction

La Rédaction

Les Trois Mousquetaires de la presse internet.