Ovide et L’Art d’Aimer. Stendhal et De l’amour. Balzac et Physiologie du mariage. Johnny Hallyday et De l’Amour. L’étude des méandres des possibles amours de l’être humain ont traversé le temps, l’espace, les genres et les cerveaux. L’amour paraît indispensable à la vie et il est devenu indispensable à toute forme d’engagement politique de haut vol.

Que n’a t-on pas dit sur Brigitte Macron et son président de mari ? En un an, avec l’apparition du mouvement En Marche, nous avons tout appris. M’enfin, nous avons cru apprendre des choses. Brigitte et Emmanuel sont devenus des égéries des couvertures tant leur couple paraît hors-norme, tant la trajectoire de réussite toute tracée. Les complotistes de toutes sphères n’y sont pas allés de main morte : les médias avaient choisi leur héros, ils allaient tout faire pour le faire élire. Les résultats confirmeraient la chose mais c’est sans compter la force du couple Brigitte – Emmanuel.  En avril dernier le magazine Vanity Fair révélait la place prépondérante que tient madame Mimi Marchand dans la vie du couple ou plutôt dans leur campagne pour l’élection présidentielle. Organisatrice de photos volées pour paparazzi, Mimi Marchand semble à l’origine de tous les coups fourrés qui ont permis aux magazines de salle d’attente de faire leur beurre. Brigitte et Mimi, voilà une fine équipe. La première se plaint de la folie des photographes, la seconde vient à sa rescousse pour organiser des photos : après tout madame Macron a vite compris qu’il fallait nourrir la bête journalistique.

« La présence du FN au second tour importe peu : les Macron ont gagné et ils l’ont joué fine ».

Avec le très grand nombre de unes de magazines, les Macron ont réussi à entretenir une proximité avec les Français : que l’on soutienne la candidature de Monsieur, la force de Madame a été d’entrer dans la famille de tout le monde. Et à l’ancienne, sans réseau social, mais avec des photographes bien équipés et des journalistes aux aguets ! La différence d’âge tant critiquée est devenue une marque de fabrique, une marque déposée. Oui Brigitte est plus vieille que son homme. Oui son homme est le nouveau président. La présence du FN au second tour importe peu : les Macron ont gagné et ils l’ont joué fine. Les autoroutes étaient nombreuses durant cette élection. François Fillon qui n’a pas su traiter avec les médias a perdu. Marine Le Pen a explosé en vol durant le débat. Emmanuel Macron peut remercier encore une fois sa femme, comme il le fit au soir du premier tour en arrivant sur scène. Sans Brigitte et sa maîtrise des attentes médiatiques les choses eurent été différentes. 

Du rôle de première dame

« Comparer Brigitte Macron à une favorite et Emmanuel au roi soleil est à proscrire. De la même manière, nous pensons que décrire le futur président comme le « Kennedy français » est aussi une erreur. Brigitte n’est pas Jackie mais plutôt Michelle ».

Depuis Jacques Chirac et sa femme Bernadette, le rôle de la première dame de France devient un sujet récurrent à chaque élection présidentielle. Il n’existe nulle part de « fonction » de première dame. Le choix est donc laissé à chacune d’entre elles d’exister publiquement ou non. Le silence assourdissant de Penelope Fillon sur une affaire la touchant directement lançait de curieuses attentes sur l’éventuelle future première dame. Mais la main portée par François sur la nuque de sa femme apparaissait comme une sorte de pince-crocodile, serrant pour faire taire.  Brigitte Macron semblait quant à elle avoir déjà enfilé les baskets de première dame. Par sa présence médiatique et son charisme, la femme du futur président a trouvé des chaussures à sa taille dans ce nouveau rôle qui l’attend. Le rôle des femmes dans l’entourage des hommes de pouvoir dans l’Histoire de France est très important. Bien sûr, il y eut les grandes reines, mais il y eu aussi les favorites.

La plus importante serait peut-être Françoise d’Aubigné, dite Madame de Maintenon. Elle épousa secrètement Louis XIV à la mort de Marie-Thérèse d’Autriche. Les historiens se sont asticotés par thèses interposées pour mettre en avant le rôle de cette favorite auprès du roi, mais il semblerait qu’elle ait eu une grande influence sur son monarque de mari. Comparer Brigitte Macron à une favorite et Emmanuel au roi soleil est à proscrire. De la même manière, nous pensons que décrire le futur président comme le « Kennedy français » est aussi une erreur. Brigitte n’est pas Jackie mais plutôt Michelle. En effet, son importance est à confronter à celle de Michelle Obama auprès d’un Barack. Un rôle politique mineur mais une force de communication et une capacité à rassembler aussi grande. Hélas pour Emmanuel, la comparaison avec l’ancien président américain s’arrête ici. 

Revenons quelque peu en arrière : Charles de Gaulle avait Yvonne. Georges Pompidou tenait avec son épouse Claude un couple d’amateurs d’art éclairés. Valerie Giscard D’Estaing et Anne-Aymone ont constitué le début de la communication politique de couple. François Mitterrand a eu Danielle et les autres. Jacques Chirac a cantonné Bernadette a un rôle social, par son action avec les fameuses « pièces jaunes », elle s’est d’ailleurs libérée de l’emprise du grand Jacques à sa retraite, s’engageant jusqu’en 2012 auprès du successeur de son mari. À partir de Nicolas Sarkozy, la première dame semble disparaitre: Cécilia quitte son mari dès la victoire en 2007. Elle est vite remplacée par Carla Bruni, qui continuera à gratter sa guitare sans trop se faire remarquer. François Hollande enfin, a fait nommer la femme de sa vie, Ségolène Royal à un poste important et  il s’est encanaillé avec Julie Gayet.  À l’image de la famille française où un couple marié sur deux se sépare, le couple présidentiel a perdu de sa superbe. Jusqu’à Brigitte.

Brigitte Macron est la caution rock’n’roll de son mari si propre sur lui. Les rumeurs vont bon train. Nous pouvons retourner dans tous les sens les éventualités, le nouveau couple présidentiel semble serein, presque exemplaire, et en tout cas bien dans son époque. Brigitte serait une façade amoureuse pour cacher l’homosexualité d’Emmanuel, selon les plus farfelus.  Elle pourrait aussi être une sorte de figure de la mère qui envouterait plus d’un psychanalyste.  On peut également croire qu’elle est une sorte de marionnettiste qui tiendrait les ficelles, ou enfin penser honnêtement que l’histoire d’amour en question est réelle et sincère. On oubliera de voir une chose des plus importantes : Brigitte Macron est une femme libre, qui a retenu de ses heures à enseigner le théâtre que la vie se jouait aussi en dehors de la scène. Active, autonome, amoureuse et au dessus de la mêlée, elle est l’image positive d’une femme de ce XXIe siècle débutant. Que l’on soit un féministe extraverti ou un réactionnaire zemmourien, Brigitte Macron a réussi son pari et se livre comme une femme forte en pleine possession de ses moyens.

Si les remarques sexistes vont bon train, c’est parce que la femme incarnée par Brigitte Macron fait peur à une grande partie des hommes de ce pays. 

 

mm

Christophe Berurier

Christophe Berurier est professeur. Il aime les mots et le vélo.