share on:

Gilles Siouffi et Alain Rey publient aux éditions Flammarion un livre mêlant curiosité et érudition pour défendre et illustrer l’urgence vitale de continuer à enseigner les langues anciennes aux nouvelles générations. 

S’il est bien un élément constitutif de notre identité nationale, c’est notre langue. Indéniable. En plein débat sur l’origine de nos ancêtres, nous pouvons en identifier au moins deux, incontestables et immortels : le latin et le grec. Trésors ouverts à chaque citoyen, prétendument inaccessibles selon les fossoyeurs de l’Education nationale, ces langues polissent encore celle que nous parlons aujourd’hui, la subliment. La nuancent. En rehaussent la saveur.

Soufi et Rey expliquent à cet égard cette crispation à l’encontre de cet héritage qui, peu à peu, s’en va : « Aux racines de cette hantise, il y a d’abord une peur de la rupture, de la séparation. Une peur de l’inconnu vers lequel nous nous dirigerions seuls et privés de ces soutiens ». Mais, par-delà les crispations identitaires, Gilles Soufi et Alain Rey montrent en premier lieu que tout n’est pas si limpide. Ces racines sont flagrantes, certes, mais plus sinueuses qu’on ne le pense au premier abord.

Le latin, tout d’abord, ne peut être pris en un seul bloc. Il y a des latins. Celui de Virgile, celui de Cicéron et jusqu’à Constantin ou même le latin médiéval, cette langue a évolué puisqu’elle était vivante. De même que le grec ancien qui s’est modernisé jusqu’à devenir la langue grecque d’aujourd’hui. Par ailleurs, au cours du chapitre intitulé « La guerre des grammaires », il est précisé page 49 : « Il est absurde de dire que la grammaire latine est le seul moyen d’accès à la grammaire française. Si les élèves d’aujourd’hui ont parfois (comme à tout époque) des difficultés avec la grammaire française, ce n’est pas parce qu’ils ignorent le latin ». On y apprend même que lors des siècles passés, pour parler un meilleur français, il était conseillé de se détacher du latin ! Les grammairiens du XVIe siècle auraient d’ailleurs vivement protesté « contre ce poids des catégories de la grammaire latine sur la description du français » …

Le latin et le grec sont des langues vivantes

« Dans ce contexte, les langues antiques grecque et latine continuent de vivre dans les langues modernes faites de strates très anciennes qui y subsistent toujours »

Néanmoins, les auteurs résument magnifiquement la vitalité des langues classiques en affirmant : « Le grec est un luxe, dans le français : le latin est la base ». Ce sont les « pierres vives », si chères à Rabelais qui vivent encore et toujours à travers l’Eglise d’une part et d’autre part dans les nouveaux mots que nous créons au fil des ans. Nous apprenons ainsi (p.74) que deux volumes d’Harry Potter ont été publiés avec une traduction latine, qu’il existe toujours des périodiques écrits et publiés en latin classique et qu’un glossaire paru en 2002 recense tous les mots de notre monde contemporain traduits en latin !

Nous utilisons des mots et des expressions latines tous les jours (Vade-mecum, lavabo, stricto sensu, nota bene, placebo et plus tristement Fluctuat nec mergitur …) et « Dans ce contexte, les langues antiques grecque et latine continuent de vivre dans les langues modernes faites de strates très anciennes qui y subsistent toujours » (p. 167). Les « nouveaux mots » – comme par exemple cosmonaute – ont été forgés à partir de leur racine grecque (« cosmos » dans ce cas précis) ; preuve de l’incroyable vitalité de ces langues plurimillénaires.

L’auteur de ces lignes a été un piètre latiniste. Et le mot est faible. Des jours et des nuits à apprendre des déclinaisons, à essayer de traduire cinq lignes pour récolter au final un zéro pointé … Quand bien même ! Le latin et le grec sont comme les mathématiques : parfois, on n’y comprend rien. Pourtant, il est impératif de savoir compter, comme il est essentiel de maîtriser l’étymologie pour comprendre la plupart des notions. Cet essai revigorant, plaisant et limpide est à mettre entre toutes les mains, ne serait-ce que pour saisir l’ampleur de notre dette à l’égard de cette antiquité qui n’en finit par de vivre …

 

mm

Julien Leclercq

Fondateur du Nouveau Cénacle et pur produit d'une époque qu'il critique inlassablement.