Andrés Rib nous résume son année 2016. 

Le mot qui selon toi résume 2016 ?

Religion. Jamais ce mot n’aura autant été prononcé depuis ces 30 dernières années.

Celui qui va résumer 2017 ?

Election. L’élection présidentielle bien sûr, mais avant cela, les primaires de la Gauche.

Ton fait politique de l’année ?

Déliquescence des partis, gauche et droite confondus, tant ils ont oublié les valeurs qui étaient les leurs.

Ta lecture préférée de l’année ?

La revanche de Dieu de Gilles Kepel.

Ton film de l’année ?

Médecin de Campagne de Thomas Lilti. Simple, juste, brillant.

La personnalité de l’année ?

Donald Trump.

Ta chanson de l’année tout en haut dans ta playlist ?

« J’ai rêvé d’avalanches » de La Maison Tellier.

L’expo / festival de l’année ?

Les réseaux sociaux. Pour l’exposition quotidienne de nos oeuvres.

Le fait médiatique de l’année ?

Les instituts de sondages, et leurs erreurs à répétitions.

Le fait sportif de l’année ?

La défaite de la France en finale de l’Euro qui marque la fin de la fameuse chance de Dédé Deschamps.

Ton article préféré de l’année sur le Nouveau Cénacle ?

Zemmour, Onfray, Houellebecq, Finkielkraut, Debray – « Les Néo-Réacs » : Pourquoi Les Médias N’y Comprennent Plus Rien

Ta bonne résolution (littéraire bien sûr) ?

Finir un jour de 2017 L’homme sans Qualités de  Musil.

mm

Andrés Rib

Ancien de la Sorbonne. Professeur de Lettres. Aime le Balto, et la Philo.