share on:

Les enquêtes de Philip Marlowe ont paru dans une nouvelle traduction aux éditions Gallimard. Un beau retour en grâce.

La collection Quarto chez Gallimard, c’est comme la collection Bouquins de Rob’ Laffont ; la Pléiade du pauvre : des recueils de bons livres, pour pas trop cher et surtout dans un volume lisible. Entendez par là avec une police d’écriture normale ainsi qu’un papier assez épais pour n’avoir pas peur de le déchirer parce qu’on sue un peu de la pulpe de l’index.

La collection Quarto, donc, a fait paraître fin 2013 une nouvelle édition des sept romans qui ont fait le personnage de Philip Marlowe, le détective privé inventé par Raymond Chandler. L’élément du paratexte qui fait de ce recueil une véritable édition est la section « Vie et Œuvre de Raymond Chandler ».  Quarante pages de chronologie assez précises où l’on nous dresse une rapide biographie de l’auteur : cela fait souvent défaut. La très courte introduction, non signée, a le mérite d’être honnête. Elle pose le gros problème de la traduction et présente quelques éléments internes à la préparation des œuvres : notamment le goût de Chandler pour le style et l’installation d’une « atmosphère » plutôt que pour une intrigue ficelée. Enfin, notons la présence de nombreuses illustrations  biographiques permettant, au lecteur n’ayant jamais lu Chandler que j’étais, de se représenter un peu le bonhomme.

Bref, Quarto a l’air d’avoir fait du bon boulot, à première vue.

Retraduira ou retraduira pas ?

Sur les sept romans présents dans ce volume, deux ont été originellement traduits par Boris Vian : Le Grand Sommeil, et  La Dame du Lac, traduction pour laquelle Vian fut aidé par sa moitié.  Pour les autres romans, les noms des premiers traducteurs sont connus : notamment le fameux Marcel Duhamel, roi de la Série Noire. C’est de notoriété publique : à la Série Noire, on voulait des bouquins de 250 pages pas plus pas moins et on n’avait pas investi dans un dictionnaire français/anglais digne de ce nom, ce qui a pu donner des traductions parfois abracadabrantesques.

Cyril Laumonier, le traducteur de cette nouvelle version, n’a pas touché aux deux romans traduits par le couple Vian. Pourtant, une petite recherche sur Internet et on tombe sur des exemples d’erreurs commises par Le Déserteur. Seulement, lui, c’était un artiste, ma chère. On peut supposer que la réputation de Vian est à l’origine de cette non retouche des traductions. Dommage que ces deux romans ne soient pas passés sous l’œil de Laumonier, dont la traduction de Dashiell Hammet présentait bien…

Hammet, Chandler : Les deux papas du roman noir

Le roman noir américain, celui qui a amené le bon vieux polar des familles a gagné ses lettres de noblesses grâce à Dashiell Hammet, l’auteur du Faucon Maltais ou de La Moisson Rouge. Raymond Chandler est souvent donné par les spécialistes comme le deuxième géniteur de l’affaire. Créateur lui aussi d’un détective hard-boiled—disons dur à cuir—, Chandler a sous doute grandement aidé James Ellroy dans sa vision de Los Angeles et de l’être humain.

Soyons concret. Phil Marlowe est un bonhomme. Et Raymond Chandler a le don de nous faire passer cette virilité du détective sans laisser d’empreintes, en faisant ça avec élégance et humour. Remarquez la chute de cette description de  la libraire d’un book store dans Le Grand Sommeil :

« […] elle marchait avec un certain petit air que j’avais rarement remarqué chez les libraires. Elle était blond cendré, les yeux gris, les cils faits, ses cheveux en vagues arrondies découvraient des oreilles où brillaient de gros boutons de jais. Ses ongles étaient argentés. Malgré son attirail, elle devait être beaucoup mieux sur le dos. »

Tout en finesse l’homme nous fait comprendre que le sex-appeal d’une adoratrice de livre, ça n’est pas rien. Le détective Marlowe embrasse tout ce qui bouge, mais repousse beaucoup d’assauts séducteurs de la part de ces dames. Il nous explique son genre de femme en entamant ce dialogue extrait d’Adieu ma jolie :

« — Elle est gentille. Mais ce n’est pas mon genre.

—Vous ne les aimez pas gentilles ?

[…]

—Je les aime laquées, juteuses, coriaces et perverties jusqu’à la moelle ».

 

Marlowe aime les femmes mais n’en abuse pas, il boit beaucoup de whisky, fume des cigarettes à s’en jaunir les doigts et les dents et il a des idées bien arrêtées :

« Il devait détester l’alcool, comme tous les drogués. » Adieu ma jolie.

Il est quasiment indispensable d’avoir ces textes chez soi. D’abord pour comprendre la portée d’une Œuvre traduite enfin correctement. Ensuite pour découvrir un monument de la littérature et les origines du mythe du détective privé à chapeau et complet trois pièces. Et enfin pour cette phrase qui ouvre The Long Goodbye, dernier roman présent dans ce volume :

« La première fois que je vis Terry Lennox, il était fin soûl dans une Rolls-Royce Silver Wraith devant la terrasse du Dancers. … »

Bonne lecture…

Christophe Bérurier

 

mm

Christophe Berurier

Christophe Berurier est professeur. Il aime les mots et le vélo.