share on:

Après un début timide, les Parisiens ont réussi à ouvrir le score grâce à Lucas. Ibrahimovic et les siens ont ensuite géré la deuxième période en mettant deux buts (Menéz puis Ibrahimovic). Les notes de la soirée par Julien de Rubempré.

Sirigu (8) : Le portier parisien aurait pu faire un perfect s’il n’avait pas relâché un ballon dangereux dans les pieds d’un joueur adverse, heureusement sauvé par Verratti. Claquettes, parades, réflexes : « Tore » est impérial sur sa ligne. Impressionnant.

Jallet (6) : Le latéral droit a retrouvé des jambes et des pieds sur ce match. Disponible, il a gratté plusieurs ballons et s’est permis quelques montées intéressantes à l’instar de celle qui amène le but de Menéz. 

Alex (5,5) : Le Tank a géré les affaires courantes. Toujours aussi serein dans les duels malgré son quintal. 

Thiago Silva (7,5) : O Monstro, tout simplement. Relance parfaite, technique et toujours aussi précieux en un contre un, le brésilien a éteint les timides attaquants du Stade de Reims.

Digne (6) : Moins en vue que face à Lorient, l’ancien lillois a apporté son punch en attaque et a créé de bons décalages. Nous a offert moins de centres brossés que face aux Merlus. La rédaction lui conseille cependant d’arrêter la crête made in Salon du Tuning. 

Rabiot: (6,5) : toujours aussi sobre et efficace. Plus qu’un espoir, il postule à une place dans le 11 tellement il semble serein et sans pression. Comme quoi la formation du PSG ne sert pas qu’à former des Chantôme et des Jean-Eudes Maurice.

Motta (6) : la science incarnée du contrôle / passe. Il maîtrise les bases du foot et au final c’est tout ce que l’on demande à une sentinelle de ce nom. Agacé, il s’est permis quelques manchettes dans les visages adverses; 

Verratti (5,5) : le petit italien aux joues rouges et au maillot trop grand a certes montré sa palette technique mais n’a pas assez écarté ni joué long comme il en a le secret. Provoque un penalty évitable mais sauve un ballon sur sa ligne.

Lucas (7) : le brésilien avait du feu dans les jambes en première mi-temps. Il a très rapidement compris que les défenseurs de Reims tractaient toute la réserve du Salon de la caravane derrière eux, alors il a fait ce qu’il savait faire de mieux : dribbler, accélérer, percuter. Auteur d’un joli but en pleine lucarne. Prometteur.

Menéz (6) : son but lui permet de passer la moyenne, mais il n’a pas assez pesé sur la défense adverse. Trop brouillon, il a perdu trop de ballons. Sa nonchalance dénote avec la fougue de ses partenaires.

Ibrahimovic (7,5) : l’escroc de la soirée. Zlatan a marché tout le match mais repart de Reims avec une passe décisive et un but dans les arrêts de jeu. S’est sûrement préservé pour le match de Ligue des Champions de mercredi. Toujours aussi énorme, malgré son catogan parti en vrille au fil de la rencontre.

Julien de Rubempré

mm

La Rédaction

Les Trois Mousquetaires de la presse internet.