share on:

La sanction était tombée avant l’été et le PSG s’est depuis résigné à faire avec cette injustice du fair-play financier et les injonctions de l’UEFA. Cependant, quelques solutions existent pour contourner ce piège et réussir le mercato.

1) Le PSG doit vendre au mercato :

La première solution serait donc de sacrifier quelques éléments du groupe pour empocher une jolie somme. Marquinhos (35 millions), rabiot (5/6 millions), Lavezzi (35 millions), voire Cavani (65 millions) peuvent générer aux alentours de 100 millions d’euros. On pourrait aussi imaginer un transfert de Matuidi pour 40 millions d’euros, l’essentiel étant de ne pas toucher à l’ossature Sirigu / Silva / Motta / Verratti / Ibra. Grâce à cette somme, il serait hautement envisageable de cibler un « top player » comme di Maria à qui le club parisien fait les yeux doux depuis plusieurs mois. Alors oui, ce serait injuste de priver le vestiaire parisien de certains cadres, mais n’est-il pas question de rêver plus grand ? Si Manchester met 60 millions sur la table pour Cavani, au regard de sa saison et de son mondial, ne serait-ce pas une bonne affaire pour ensuite prendre un véritable joueur de couloir ? Matuidi, vu son salaire, n’est-il pas légèrement surestimé ? Même avec le Qatar, des économies sont donc possibles pour faire signer les meilleurs joueurs possibles.

2) Le PSG devra se tourner vers de nouveaux sponsors

En faisant récemment signer Huawei comme nouveau sponsor, le PSG a de nouveau élargi son nombre de sponsors et donc de recettes possibles. Avec Nivea, Microsoft, Ooredoo et la tant décriée Qatar National Bank, le Paris Saint-Germain compte d’ores et déjà un certain nombre de sponsorings lucratifs, sans compter Nike dont le contrat a dernièrement été réévalué. Le naming du Parc des Princes n’est pas totalement à exclure, ce dernier pouvant générer des dizaines de millions d’euros par saison. Il est également possible, si Nasser joue la provocation, de signer d’autres contrats avec des entités du Golfe mais cela ferait à coup sûr enrager l’UEFA. Mais qui peut empêcher plusieurs marques d’investir pour figurer sur un maillot ? Une chaîne qatarie pourrait également acheter à prix d’or les droits TV du PSG. Comme on le voit, les solutions au niveau commercial et marketing sont nombreuses pour générer davantage de recettes et contrecarrer l’UEFA dans sa guerre ouverte contre QSI.

3) Vers de nouvelles recettes et de nouveaux financements

Le Qatar, via QSI, possède donc le PSG. Ne peut-on pas imaginer des montages financiers permettant à l’état du Qatar de s’attacher un joueur à titre privé, pour en donner les droits d’exploitation au PSG ? Cela est possible pour bien des joueurs comme Neymar ou Falcao alors pourquoi ne pas tenter l’expérience avec un Messi ou un Cristiano Ronaldo ? Etant donné que cette pratique est permise pour plusieurs joueurs et, surtout, autorisée pour les fonds spéculatifs, pourquoi ne pas l’autoriser pour du nation branding ? A moins de considérer que l’UEFA est du côté de Wall Street et refuse l’argent du Qatar et fait tout pour lui nuire …

La Rédaction

La Rédaction

La Rédaction

Les Trois Mousquetaires de la presse internet.