Après Christophe Dickès et Charles Guiral, au tour de Christophe Bérurier de nous résumer son année 2016.

Le mot qui selon toi résume 2016 ?

Trois mots : réforme du collège ou une politique égalitaire appliquée jusqu’au bout, ou presque.

Celui qui va résumer 2017 ?

Inattendu. Attendons l’inverse de ce que nous annoncent les instituts de sondages.

Ton fait politique de l’année ?

Le renoncement de François Hollande, la victoire de François Fillon.

Ta lecture préférée de l’année ?

Le journal d’un curé de campagne de Georges Bernanos. Lu sur les routes de Saint-Jacques de Compostelle.

Ton film de l’année ?

Captain Fantastic ou le seul film que j’ai déjà envie de revoir.

La personnalité de l’année ?

Le Pape François. Droit dans ses bottes.

Ta chanson de l’année tout en haut dans ta playlist ?

Toujours Debout, de Renaud Séchan. Hélas pour lui.

L’expo / festival de l’année ?

Le festival du ridicule : tous les jours de l’année, dans les rues de Paris.

Le fait médiatique de l’année ?

La disparition totale du talent sur France Inter.

Le fait sportif de l’année ?

La deuxième place de Romain Bardet sur le Tour de France 2016.

Ton article préféré de l’année sur le Nouveau Cénacle ?

L’aimable Charles Guiral a écouté la majestueuse Fanny Ardant. Quand la radio fait écrire.

Ta bonne résolution (littéraire bien sûr) ?

Lire Belle du Seigneur et écrire toujours plus. Au réveil.

mm

Christophe Berurier

Christophe Berurier est professeur. Il aime les mots et le vélo.