share on:

Au tour de Rémi Loriov de revenir sur cette année 2016.

Le mot qui selon toi résume 2016 ?

Le buzz, le combat contre la réflexion.

Celui qui va résumer 2017 ?

Pire. Ce sera pire qu’en 2016.

Ton fait politique de l’année ?

Hollande qui décide de ne pas se représenter. D’habitude, après un échec cuisant, nos politiques ne se remettent jamais en question. C’est donc un fait sans précédent. Une Jospinade en somme.

Ta lecture préférée de l’année ?

L’obsolescence de l’Homme, Günther Anders

Ton film de l’année ?

Captain Fantastic ou l’histoire d’un hippie qui rencontre la réalité.

La personnalité de l’année ?

Donald Glover, un Américain un peu noir tendance hipster sarcastique, qui plait aux hipsters Blancs propres sur eux mais pas que, grâce à sa série ATLANTA. Et si c’était ça la vraie fraternité de classe ?

Le mensonge de l’année ?

La politique française dans son ensemble. Le fait aussi que les meilleures décisions sont celles qu’on prend avec le cœur, que l’affect serait la solution politique inévitable à tous les dilemmes de notre société.

Ta chanson de l’année tout en haut dans ta playlist ?

Aucune, la production musicale actuelle m’inquiète beaucoup. Sinon je dirais Dean Martin, Ain’t That a Kick in the Head.

L’expo / festival de l’année ?

Aucune, j’aime simplement aller au Louvre regarder les tableaux de Jacques-Louis David.

Le fait médiatique de l’année ?

La défaite des médias face à Trump. Les réactions m’ont beaucoup fait rire.

Le fait sportif de l’année ?

Le passage d’Andrés Rib dans l’After Foot.

Ton article préféré de l’année sur le Nouveau Cénacle ?

Peut-On Faire Aimer Les Classiques De La Littérature Aux Jeunes ? C’est un défi qui devient un exploit.

Ta bonne résolution (littéraire bien sûr) ?

Redécouvrir le Nouveau Roman.

 

mm

Rémi Loriov

Rémi Loriov est un homme libre qui s'intéresse à tout. On dit souvent à son propos : "personne ne sait ce qu'il fait, mais il le fait très bien." Il aime les histoires.