share on:

Julien Leclercq termine la série du questionnaire 2016. 

Le mot qui selon toi résume 2016 ?

Relativisme. Plus que jamais, le « tout se vaut » s’est invité dans tous les domaines : culture, école, politique. Certains s’en réjouissent sous couvert de progrès, d’autres le déplorent ! Le mot de l’année aurait aussi pu être « Anomie » comme le regrette si souvent le pape François. Il n’y a plus ni loi ni structures et c’est toute une civilisation qui tremble sur ses bases. 

Celui qui va résumer 2017 ?

Enfumage. Je sais combien cette réflexion à venir est digne des GG sur RMC, mais la prochaine présidentielle sera un écran de fumée. Mais j’attends avec impatience de voir toute la gauche se mobiliser pour voter Fillon face à Le Pen ! Blague à part, les cartes sont tellement brouillées que je serai un des rares à hésiter entre Mélenchon et Fillon dans l’isoloir. 

Ton fait politique de l’année ?

La défaite (cuisante) de Nicolas Sarkozy. C’est définitivement terminé pour lui (même s’il ne faut jamais dire jamais …). Je trouvais son retour raté, sa campagne très mauvaise. Triste fin pour la Sarkozie, que d’aucuns voyaient intouchable en 2007 … J’avais trouvé sa campagne de 2012 formidable, il partait de si loin, avec les médias et les syndicats contre lui ! Et puis patatras. Sarkozy tué par Sarkozy. 

Ta lecture préférée de l’année ?

Le Guépard. Si le film avec Delon est encore très vu, ce livre absolument merveilleux n’est plus beaucoup lu. Un chef d’œuvre ! J’y trouve les influences de Balzac et de Proust, il ne m’en faut pas plus. 

Ton film de l’année ?

Le fils de Saul (bien que sorti en 2015, je l’ai vu beaucoup plus tard). L’exact inverse de La Vie est belle. Époustouflant. J’en ai cauchemardé trois nuits.

La personnalité de l’année ?

Le père Jacques Hamel. Son sacrifice est indéniablement un tournant dans l’histoire de France.

Le mensonge de l’année ?

Najat Vallaud-Belkacem sur l’enseignement du grec et du latin. Faire croire que rien ne changera alors que tous les professeurs de lettres classiques assurent l’inverse … La transmission qui ne se fait plus, c’est toujours un drame dans une civilisation, surtout lorsque l’héritage le plus précieux – la langue – n’est plus transmis. 

Ta chanson de l’année tout en haut dans ta playlist ?

J’aimerais citer un compositeur bulgare inconnu mais hélas … Ce sera « Lose Yourself » d’Eminem. Parce que je me réveille avec cette chanson tous les matins depuis que j’ai 17 ans. 

L’expo / festival de l’année ?

« Normandie, l’atelier en plein air » au musée Jacquemart-André. Parce que cet endroit est absolument sublime d’une part et que cette exposition était franchement réussie. Je rajoute celle de Michel Houellebecq au Palais de Tokyo, même si elle ne s’appréciait qu’après quelques verres. 

Le fait médiatique de l’année ?

François Fillon qui remet Charline Vanhoenacker dans L’Emission politique sur France 2. Je pense que c’est un des éléments de sa victoire. En refusant le ricanement de France Inter, en tournant le dos au « festif », Fillon a indéniablement donné de la verticalité à son message. 

Le fait sportif de l’année ?

Les adieux de Zlatan Ibrahimovic au Parc. Je vais au Parc depuis 20 ans … Son arrivée restera gravée. La première fois que je voyais un tel charisme sur une pelouse. Il succédait à Guillaume Hoarau et les gens l’oublient parfois … J’ai pleuré comme un gosse à sa sortie du terrain (et au début du match aussi car Pauleta était venu).

Ton article préféré de l’année sur le Nouveau Cénacle ?

 En attendant le Panthéon, Taubira s’en va. Bon vent, Christiane ! Parce que c’est un souvenir de notre « Jubilé Taubira » et que Rémi Loriov y a retranscrit toute la folie autour de ce  triste personnage que l’Histoire oubliera plus vite encore qu’on ne le pense.

Ta bonne résolution (littéraire bien sûr) ?

Lire moins de livres à la fois. Et terminer L’Ethique de Spinoza. 

mm

Julien Leclercq

Fondateur du Nouveau Cénacle et auteur de "Catholique débutant" paru aux éditions Tallandier.